Je suis née le 11 mars 1978 (jour de la mort de Claude François. Un signe?),
 et j'ai un parcours quelque peu atypique.

Au début, tout va bien: scolarité traditionnelle, assez bonne élève, je commence le piano vers 6 ans, en cours particuliers. Et je chante sous ma douche, pendant encore de longues années.

Après le lycée, la musique m'attire, mais je ne m'en crois pas capable,

 et mes parents ne seraient pas tout à fait d'accord. 

Alors je m'inscris en fac de Philosophie, études que je mènerai jusqu'à la ma^trise 

(l'hébergeur du site refuse d'associer l'accent circonflexe à sa lettre, c'est très pénible, je feinte depuis un moment, mais là, sur ce mot, je n'ai pas d'équivalent...)

 

Ensuite, ça se complique un peu, mais pas trop encore. 

C'est d'ailleurs assez simple: je mens à ma famille, 

et j'invoque une année pour préparer les concours d'école de journalisme 

pour en fait m'inscrire au conservatoire de Nantes.

 

J'y entre dans la classe de jazz de Jean-Marie Bellec, 

et je découvre alors un nouveau terrain de jeu: 

l'écriture, l'analyse, le jazz, l'improvisation. 

Je mets en pratique le doute cartésien étudié quelques années auparavant,

 et je prends tout ce que je peux prendre de cette institution. 


Mais, le plus important, je découvre la contrebasse, 

que je débute d'abord en autodidacte, 

puis que j'apprends vraiment dans la classe d'Elisabeth Allain, au conservatoire.


Je suis alors rattrapée par les nécessités de la vie, 

assez concrètes, assez fondamentales: il faut travailler pour manger. 

Je passe alors le concours de Professeur des Écoles.


Je me retrouve donc institutrice, coincée dans cette lourde institution qu'est l'Éducation Nationale, mais je m'accroche à mon envie de vivre de la musique, 

un jour, quand je serai grande.


Et ça marche! 

Après 8 ans de bons et loyaux services dont je ne vous parlerai pas ici, 

je quitte Nantes pour Bordeaux, 

je démissionne, 

et je troque durablement la salle de classe contre la scène.


Je suis naturellement assez heureuse.

Depuis 2012, la musique est mon métier.


Mon instrument et ma formation me permettent une certaine polyvalence.


Ainsi, pour mon plus grand bonheur, je joue en orchestre symphonique 

(Orchestre des Symphonistes d'Aquitaine, Orchestre National Bordeaux Aquitaine,

sessions d'enregistrement en studio pour Cristal Production), et j'aurai eu la chance d'accompagner de grand noms (Béatrice Uria-Monzon, Juan-José Mosalini, François Salque, Gary Hoffmann, Alexandre Tharaud, Mikhail Jurowski, Clément Ducol, Camille, Grégory Porter... le journal de 20h de France 2!)

Ce bagage classique est un atout qui m'aura permis également d'accompagner Yannick Jaulin sur le spectacle Causer d'Amour, en remplacement de Joachim Florent, en 2019.

J'ai, par ailleurs, participé à des orchestres où l'improvisation est partie intégrante de la composition.

Je pense à Icare, ensemble dirigé par Dominique Pifarély sur sa musique, de 2012 à 2015, 

l'ensemble UN, orchestre d'improvisateurs sous l'impulstion de David Chiesa, depuis 2017, et la Compagnie Lubat, qui rend possible de nombreuses rencontres avec des musiciens improvisateurs (Fabrice Viera, Bernard Lubat, François Corneloup, François Rossé, Sophia Domancich, Raphaël Quénehen, Louis Sclavis, Jacques Di Donato, Fawzi Berger, Juliette Kapla Sylvain Roux et tant d'autres!) .

Je peux me targuer d'être la seule au monde à avoir joué avec Michel Portal, au Batameuh... Ce n'est pas une salle, c'est un jeu pour les moins de 8 ans où il faut imiter le cri des animaux sur les cartes...


Mais je développe également (surtout?) des choses beaucoup personnelles,
que vous retrouverez sur ce site.

Dans l'onglet lectures-concerts, je vous parlerai de 2 duos.
Le premier, constitué avec Juliette Kapla, consiste en une lecture-concert de nouvelles de Russell Banks, extraites de Trailerpark.
Le second, constitué avec Morgane Houdemon, consiste en un spectacle jeune public, dans lequel nous disons et jouons le Journal d'un Chat Assassin, d'Anne Fine.

Laid Bare Songs,
un solo dans lequel la chanson est au centre, et l'improvisation quelque part.
Un EP, Joni Map, ou ma cartographie de l'oeuvre de Joni Mitchell, est sorti au printemps 2020.

PIKE!
un quartet (qui peut virer au quintet si l'on décide d'inviter quelqu'un), avec Paul Brousseau (batterie), Alexis Dombrovszky (sax ténor et soprano) et Sébastien Texier (sax alto, clarinettes en Mib et Sib), sur mes propres compositions, où il est question de paysages, de mélodies, de grosses, et de métriques mine de rien complexes...



mis à jour en février 2020